Vous avez dit « valeur ajoutée » ?

Médias, web… L’information circule partout, par de nombreux canaux. Avec le web 2.0, tout internaute peut devenir un éditeur en puissance et produire ou partager de l’information, augmentant ainsi la masse de données. La surabondance de l’information pose la question de sa qualité et de sa valeur. Quel sens donner à « la valeur de l’information » ? Et à la « valeur ajoutée » ? Et comment ajouter de la valeur à l’information ?

Que signifie « la valeur d’une information » ?

Plusieurs critères donnent de la valeur à une information :

  • la nouveauté du contenu (événement) comme dans le cas d’un fait divers, d’une découverte scientifique, des résultats d’une enquête. La connaissance de cette information permet l’action (orientation d’un travail, prise de décision…).
  • la rareté ou la difficulté d’obtention quand l’information n’est accessible qu’à un groupe restreint d’individus, produite dans une langue peu usitée, un lieu lointain ou contexte dangereux…
  • la diffusion à un large public d’une information ancienne mais peu accessible auparavant
  • la capacité de décryptage et d’analyse du milieu dans lequel l’information est diffusée (problématique de la veille stratégique)
  • la mise en perspective de l’information
  • l’enjeu de l’information et ses conséquences en cas d’exploitation ou d’absence, comme pour l’obtention d’un marché par exemple.

« Valeur ajoutée », quezako ?

En matière d’information, apporter de la valeur signifie la présélectionner, l’évaluer, la qualifier, la contextualiser, la mettre en forme ou en perspective. Le destinataire de l’information à valeur ajoutée doit en retirer un avantage par rapport à la lecture d’une information brute.
Dans le cas d’une démarche de curation par exemple, l’éditorialisation permet l’ajout de valeur et sens au contenu initial. L’écriture d’une introduction et/ou d’un résumé avant la diffusion d’un article très long permet un gain de temps aux lecteurs. Autre exemple, un professeur documentaliste ajoutant un commentaire du style « très utile pour le TPE sur… » ou « accessibles aux collégiens » apporte son expertise, son regard par rapport à une information.
Autre exemple. Une banque d’informations ajoute de la valeur en regroupant et en traitant les informations selon des critères prédéfinis pour répondre à des demandes précises.
Ajouter de la valeur revient à décharger l’usager d’une partie ou de la totalité des opérations chronophages ou à augmenter le niveau de qualité de l’information (validation, fiabilisation, détection des signaux faibles*…).

Quand ajouter de la valeur à l’information ?

Il est possible d’ajouter de la valeur à l’information à chaque niveau de son traitement :

  • dans la phase de sélection et collecte des informations, par l’ajout de signets ou de métadonnées…
  • durant l’analyse de l’information, par la constitution d’un thésaurus, l’indexation, le dédoublonnage, la mise en forme, la compilation et le regroupement de données…
  • à l’étape finale du traitement, par la production de produits documentaires (sélection bibliographique, synthèse…), d’outils bibliométriques et cartographiques, la mise en place de portails ou d’intranets…