Les flux RSS en quatre questions

Outil idéal pour les veilleurs comme pour toutes les personnes manquant de temps pour suivre leurs sites web favoris, le fil ou flux RSS envoie directement aux lecteurs les actualités ou nouveaux articles dès leur publication. Il suffit de s’y abonner. Encore faut-il choisir un outil pour les lire et ne pas se laisser submerger par le flot d’informations.

Qu’est-ce que le RSS ?

Issu de l’expression « Rich Site Summary » (sommaire de site enrichi), souvent traduit par « Realy Simple Syndication » (syndication vraiment simple), le RSS est un protocole de diffusion de contenu. Ce système d’alerte permet d’avertir l’internaute de la survenue d’une de nouvelles informations sur des sites web, blogs, moteurs de recherche, voire bases de données. Un site ou un blog peut générer un seul fil RSS ou plusieurs, par rubrique par exemple pour des journaux en ligne.

Ce format de publication ne s’intéresse pas de la mise en forme de l’information. Le RSS décrit simplement les éléments essentiels constituant une page d’actualité : titre, date de publication, auteur, début du texte… Cette présentation permet à l’utilisateur de manipuler le contenu pour n’afficher que les titres par exemple, ou ne garder que les articles de tels auteurs ou de telle rubrique.

A quoi servent les flux RSS ?

Outil supplémentaire d’acquisition de l’information, le RSS peut remplacer bon nombre de lettres d’information. Quand ces dernières ne font qu’annoncer un nouvel article, privilégiez systématiquement le flux RSS. Par contre, quand une lettre d’information apporte en plus des renseignements exclusifs, de la valeur ajoutée (lien), il convient de s’y abonner en priorité.

Le flux RSS permet un gain de temps en limitant l’activité chronophage de surfer sur des sites à la recherche de nouveaux articles ou de nouveaux résultats. Le recours au filtrage automatique facilite le ciblage l’information et limite son volume.

Comment s’abonner au flux RSS ?

Pour en profiter, il suffit de s’abonner gratuitement au flux RSS du site ou blog que l’on désire suivre, signalé par un rectangle orange siglé RSS ou un logo carré orange, situé dans la barre d’outils du navigateur ou sur le site. Une fois abonné, l’utilisateur reçoit soit la description des nouveaux documents et un lien vers le texte intégral, soit le texte en entier. A chaque mise à jour des informations, une nouvelle alerte est envoyée automatiquement au lecteur.

L’abonnement s’effectue grâce à une large gamme d’outils : des logiciels spécialisés (lecteurs RSS, offline ou online), des sites spécialisés (agrégateurs en ligne), des logiciels de veille, mais aussi des navigateurs et gestionnaires de courrier électronique. Pour choisir celui qui convient à votre besoin, je vous renvoie sur l’excellente étude de Serge Courrier.

A noter : les lecteurs sont réglés pour ne garder qu’une quantité limitée d’articles par flux, en nombre d’articles (100 par exemple) ou en nombre de jours (deux mois par exemple). Au-delà du 100e article ou du 61e jour, les articles plus récents poussent les plus anciens vers la poubelle, sauf si l’on paramètre le lecteur différemment.

Comment ne pas se laisser submerger par le flot d’informations issu des flux RSS ?

Voici quelques règles simples pour ne pas se retrouver débordé par sa soif de savoir et les ressources inépuisables du Web :

  • choisir le lecteur de flux RSS adapté à ses besoins (cf. l’étude de Serge Courrier)
  • vérifier régulièrement ses abonnements aux flux RSS pour supprimer ceux que l’on juge inutiles ou peu intéressants
  • classer ses fils RSS par catégories (thématiques par exemple ou selon l’utilité) et les filtrer
  • résister à la tentation de consulter systématiquement vos flux RSS, faites-le au maximum deux fois par jour
  • jouer avec le niveau d’affichage (titre ou texte entier) pour ne lire que ce qui vous intéresse